Tournée des St-Hubert de Mylène et Denis!
Express ouvert Précédent 079/139 Suivant
Montréal/Dorval
Photo du restaurant et prêt pour la photo suivante
Montréal/Dorval
Aéroport Montréal-Trudeau
Zone publique / Niveau: Départs
Localisation: Verrière Nord
1-514-633-9972
Nom chez St-Hubert.com
Express Dorval
Date de la visite 2007/08/04
16:04:00
Montant de l'addition 26.95 $
Mylène Denis
Look extérieur 6.9 6.5
Look intérieur 6.9 6.5
Nourriture/service 4 4
NOTE FINALE 5.8
Scan de la facture
Image de la facture
Photos
Image du restaurant
Localisation
Localisation sur une carte du restaurant
Résumé de la visite
Texte résumant la visite
Info chez St-Hubert.com
Info chez St-Hubert.com
Image de la facturePhoto du restaurantPhoto du restaurantPhoto du restaurantPhoto du restaurantPhoto du restaurantPhoto du restaurantPhoto du restaurantPhoto du restaurantPhoto du restaurant
Résumé de la visite:
En cette veille de mon 36e anniversaire de naissance, nous avons décidé d’aller faire le St-Hubert Express qui se trouve à l’Aéroport Pierre-Elliot Trudeau à Montréal, ou en fait Dorval. C’est sans doute le St-Hubert qui faisait le plus peur depuis un bout car j’ignorais un peu où il se trouvait précisément et j’avais peur qu’il se situe en zone International. Acheter un billet d’avion pour la Chine juste pour pouvoir aller en zone internationale, ça, ça ne me tentait pas trop... Mais heureusement, ce St-Hubert se situe dans la zone publique et donc facilement accessible. Il se situe à l’étage des départs dans ce qu’ils appellent « la Verrière Nord ». Non loin de lui se trouvent d’autres concessions de d’autres chaînes dont les plus rapprochés sont « Brûlerie St-Denis » et un « Burger King ».
Ça me tente de dire que c’est certainement le St-Hubert avec le stationnement le plus immense au Québec! Non mais avez-vous déjà vu les stationnements de l’Aéroport de Dorval? C’est grand pas mal. Mais ce n’est pas gratuit. Quoi qu’il en soit, une fois l’auto stationné et le marathon pour s’y rendre, il ne fut pas très difficile à trouver. Le St-Hubert Express s’affiche pleinement avec des enseignes lumineuses faciles à repérer. J’aime bien leur enseigne où chaque lettre est découpée de même plustôt qu’un gros rectangle plateavec deux néons en dedans. Je sais bien que l’important c’est d’annoncer le commer ce mais bon... Des lettres séparées c’est plus « class » si on peut dire.
Mylène et moi avons décidé de donner la même notre pour l’apparence extérieure que intérieur. C’est juste que l’extérieur est aussi pas mal l’intérieur. Faut dire que si on fait exception de la foule de passant qu’il y a tout le tour, si on regarde vite, on a l’impression d’être au coin de la bouffe d’un centre d’achat! On dirait aussi qu’il n’y pas de zone dédié au St-Hubert Express pour manger. C’est comme dans le centre d’achat où l’espace avec des petites tables et chaises au milieu appartient à toutes les chaînes présentes et ça dit au client « En autant que tu te trouves une place, assis toi et mange! ».
La chose cependant que j’ai trouvé charmant là-dedans c’est les petites ceintures avec des poteaux pour marquée les allées d’attente pour les clients : ils ont pris la même chose que les cordons d’allés des compgnies aérienne ayant les cordones d’attente de l’Aéroport de Montréal! Ce n’est pas grand-chose mais c’est drôle un peu.
Pour le service bien ça va faire mal : bien qu’on ne peut pas nécessairement se plaindre comme tel vu qu’on n’a quand même pas été traité comme des chiens, on ne peut quand même pas donner la note de passage. Les employés, très nombreux pourtant, ne donnaient pas l’impression d’être en plein contrôle. Même s’il y avait pourant à peine deux ou trois commandes en cours, ça courrait partout. De ce qu’on a vu, les employés étaient sans aucun doute bilingue mais très visiblement plus familier en anglais qu’en français. C’était presque tordant de voir au côté de nous un Québécois demandé en Français un café et que la fille du comptoir disait « des frites? » puis de voir l’autre dire plus fort et lentement « CA-FÉ » puis l’autre à l’arrière « FRI-TES ». Ha! Ha! Pourtant, ça ne se ressemble pas... En tous cas... Puis ensuite dans un français difficile on me dit qu’il n’y a plus de gâteau blanc pour Mylène pour le dessert alors que c’était payé et tout et que les cabarets étaient prêts. « Est-ce que tu veux Brownies ou Sugar Pie » m’a-t’on dit? J’ai dit « Tarte au sucre alors... ». On m’a ensuite pointé la gauche où le client peut ramasser lui-même son dessert comme si c’était à la cafétéria. Mylène me dit d’écrire carrément que la serveuse était bête. C’est peut-être un peu la barrière de la langue aussi vu que l’employée n’était pas à l’aise en français et que Mylène ne parle pas anglais mais quand même... Nous sommes au Québec... Chose curieuse aussi, avec un club, ils ne donnent pas de mayonnaise. Bref, la note de service ne sera pas très élevée.
Pour la facture, chose curieuse, c’est le premier St-Hubert que j’ai payé avec ma carte de crédit SANS avoir à signer quoi que ce soit. Ça se déduit automatique visiblement. Alors si jamais vous trouver une carte de crédit, aller manger là, ce sera gratuit! (Tant qu’ils ne mettent pas la police après vous!).
Sur un mur du côté de l’endoit où il y avait des tables pour manger, des beaux cadres illuminés montrait un peu les concepts novateurs que les St-Hubert ont développés au cours des années comme la livraison à domicile où on est fiers qu’ils sont les premiers au Canada à avoir fait ça et fièrement ils disent avoir 2.9 millions de commande par an maintenant. Ils mentionnent leur premier resto en 1951, leur concept du resto-bar en 1992 puis celui du St-Hubert Express en 1995. Sans nécessairement avoir l’impression d’être dans un musée, je trouve que c’était bien de voir ça. Le temps que tu mange tu peux lire ça un peu. Hi! Hi!
Express ouvert Précédent 079/139 Suivant
Montréal/Dorval